+32 (80) 86.24.94

Nous avons tous des rêves ou des buts que nous rêvons d’atteindre. Nous avons tous des ambitions pour nous et notre famille. Mais bien souvent, nous les oublions, nous les perdons de vue parce que la vie est là, qu’il faut payer ses factures et surtout parce qu’on aime se faire plaisir tout de suite.

Néanmoins, s’il est triste d’oublier ses rêves, il est beaucoup plus critique d’oublier d’épargner pour les études de ses enfants et très dommageable de ne rien mettre de côté pour sa retraite.

Avant de planifier, il faut identifier ce qui est important dans sa vie. Tous les objectifs n’ont pas la même dimension et on ne peut pas courir tous les lièvres à la fois. Une fois ses buts identifiés, il faut y mettre des priorités. Et cela en fonction de l’échéance et ses valeurs les plus profondes. Emprunter pour la Mercedes ou mettre de côté pour les études des enfants. C’est une question de valeurs.

Lorsque vos objectifs sont connus et hiérarchisés, il est temps de passer à la phase de planification pour chacun d’entre eux. Prenez votre calculette ou faites-vous aider en vous posant la question : Quel Montant dois-je mettre de côté pour atteindre mon but ?

Les trois étapes d’une bonne planification

Une fois le plan mis en place, le principal reste à faire.
Trois étapes qui ne dépendent que de vous :


L’engagement :

Cela doit venir du cœur. L’engagement, c’est faire une promesse à soi-même. C’est faire un clin d’œil à son moi futur en lui disant «  je ne t’oublie pas, je pense à toi ».

Chacun sait qu’il doit épargner pour sa pension. Les statistiques sont éloquentes. Mais, on ne se convainc avec des faits. Seule l’émotion est un déclencheur.

Comment dès lors me procurer des émotions qui me permettent de rester engagé ?

En se la racontant. En se visualisant. Que se passerait-il si… What if ?

Les histoires sont le meilleur moyen de vivre des émotions fortes. Elles font partie intégrante de notre vie. En matière de pension par exemple, Le fait de visualiser son histoire future aura plus d’impact que des chiffres.


L’Action :

Vous pouvez avoir le meilleur plan du monde et être engagé mais sans action, sans primes versées, votre objectif n’avancera pas d’un iota. Nous avons tous un penchant à remettre à plus tard et souvent pour d’excellentes raisons. On appelle cela la procrastination.

Pour éviter cette fâcheuse habitude et rester lié à la promesse faite à soi-même, la solution idéale est d’automatiser l’action. C’est-à-dire la simplifier, la faciliter, la mettre en pilotage automatique.

Petit pas par petit pas, on arrivera à vaincre la montagne.


Le lâcher prise :

Une fois entré dans le processus, respectez-le et oubliez-le ! Quand vous plantez un chêne, vous le laisser croître à son rythme. Vous ne regardez pas tous les jours s’il a bougé. C’est la même chose si votre plan est correct, votre objectif arrivera à maturité. Si non, refaites un plan.

Quels objectifs ont besoin d’être financé ?

  • Votre sécurité
    • Une épargne de sécurité indispensable
  • Croissance personnelle
    • Études et formation
    • Développer son affaire
  • Soutien familial
    • Les enfants
      • Études et formations
      • Coup de pouce pour démarrer dans la vie
      • Mariage
      • Aide pour la maison
    • Aide aux parents âgés
      • Soins
      • Aide financière
      • Participation au home
    • Votre cocon
      • Travaux dans la maison
      • Une maison de vacance
    • Vos rêves et loisirs
      • Vacances de rêve
      • Une voiture de sport
    • Votre retraite (voir Pension)

Comment épargner ?

Le belge est friand du livret de dépôt. Mais cette forme d’épargne très sécurisée et disponible à tout moment n’est malheureusement pas la panacée. Les taux sont proches de 0% et ne couvrent plus l’inflation. Rester sur son livret de dépôt sur une longue période vous fait donc perdre de l’argent et ne permettra pas d’atteindre vos objectifs financiers.

Malgré tout, cette épargne a encore un intérêt. Chacun a besoin d’une épargne de sécurité disponible à tout moment.

Pour vos objectifs plus lointains, mieux vaut miser sur d’autres outils.

Pour les produits bancaires, reportez-vous à Crelan

En assurances, deux formules vous permettent d’épargner.

La branche 21, c’est la sécurité de votre épargne. Vous bénéficiez d’un taux d’intérêt garanti pour 8 ans à chaque versement et l’assureur se porte garant de votre épargne. Des participations bénéficiaires sont en outre possibles.

Cependant, si vous avez plus d’ambition pour votre épargne, il est plus intéressant d’investir dans des placements plus dynamiques ;

La branche 23, c’est le moteur de votre épargne. Vous investissez en unités de compte dans un contrat d’assurance-vie qui est lié à des fonds d’investissement. Le capital n’est donc pas garanti. Votre investissement peut fluctuer assez fortement en fonction des supports sélectionnés. Le risque n’est bien sûr pas le même si vous investissez dans des fonds obligataires ou dans des fonds d’actions. Néanmoins, sur le long terme, un portefeuille de fonds bien diversifié a beaucoup de probabilité de rapporter plus que la branche 21.

La sélection des fonds dans le portefeuille branche 23 se fait comme en investissement en fonction de votre profil d’investisseur. Il dépend de vos connaissances financières, de votre expérience, de votre situation financière et de vos objectifs.

Comment atteindre ses Objectifs ?

L’investissement récurrent est le moyen le plus serein et efficace pour atteindre ses objectifs financiers. Plutôt que d’épargner de manière aléatoire, investir de façon régulière une somme connue vous impose une discipline et vous enlève la pression liée à votre objectif. Si le plan tient la route, le processus est simple. Petit pas par petit pas, vous vous rapprochez de votre cible comme le randonneur du sommet de la montagne.

Mais quelle somme épargner pour arriver à son objectif ?

Le montant à épargner chaque mois dépendra de 3 facteurs

  • De la somme qu’on s’est fixée au départ pour réaliser son objectif
    • 80.000 EUR pour les études des enfants
    • 250.000 EUR pour la deuxième résidence
    • 30.000 EUR pour un voyage de rêve autour du monde
  • De la durée d’investissement
    • Quelle durée pour réaliser votre objectif ? (5 ans, 10 ans, 20 ans)
  • De l’Actif sélectionné
    • branche 21 et/ou branche 23 ?
    • en branche 23, fonds défensifs, fonds mixtes ou fonds d’actions ?

Exemple chiffré pour un capital de 100.000 EUR

Versement mensuel pour un capital de 100.000 EUR
années/ taux annuel 0% 2% 4% 6% 8%
5 ans 1.667 1.612 1.534 1.460 1.390
10 ans 833 760 686 619 558
15 ans 556 480 410 350 297
20 ans 417 341 276 221 176
25 ans 333 258 197 148 110

Que faut-il retenir de ce tableau ?

  • Plus on commence tôt, moins l’effort mensuel est conséquent.
  • Sur une longue période, l’Actif sélectionné a une influence relativement importante sur le montant du versement mensuel. Le principe des intérêts composés, la 8ème merveille du monde comme l’appelait Einstein, fait admirablement son travail.

Autres atouts de l’investissement récurrent

Dans le cadre de la branche 23, l’investissement systématique est un maître-choix pour peu qu’il respecte votre profil.

  • L’achat automatique d’unités de fonds évite de prendre des mauvaises décisions d’investissement.
  • Il Evite l’erreur de rentrer au mauvais moment, « le market –timing », car l’achat est régulier.
  • Il permet également d’éliminer pas mal de biais émotionnels et de faire revenir les Investisseurs sur les marchés après une crise. C’est d’ailleurs les périodes de crise qui constituent les meilleurs moments d’achat pour le long terme.
  • L’investissement régulier permet de profiter des cours moyens: lorsque les marchés sont au plus bas et que nous serions plutôt conditionnés à vendre, le contrat achète plus de parts pour la même somme. Sur longue période, c’est assez intéressant car cela permet de payer un prix moyen pour ses titres.
  • L’investissement récurrent permet en outre d’accéder à des gestionnaires de fonds réputés pour des sommes modiques. Pas besoin d’attendre d’avoir un capital conséquent avant d’investir.

Victor et Jeanne ont deux enfants âgés de 4 et 6 ans.

Ils espèrent pour eux la meilleure formation possible mais ils savent que s’ils veulent s’engager dans des études universitaires, cela coute beaucoup d’argent.

Le minerval, les repas, le kot, l’argent de poche. Il faut compter en moyenne 8.000 EUR par enfant et par année. Ce qui fait un coût total de pratiquement 80.000 EUR pour cinq ans d’études.

Compte tenu de leur salaire, ils peuvent épargner ensemble 400 EUR par mois.

Mais que se passerait il s’ils avaient un accident ou tombaient gravement malade. Ou pire si un des deux venait à partir. Les enfants pourraient-ils toujours se permettre de telles études ?

Besoin d’un conseil ou renseignements?

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial